mercredi 29 octobre 2014

Brun d'automne

Hello ! J'avais hâte de faire un nouveau look ! En voici un très automnal qui est un dégradé de brun des pieds à la tête.

Je pose devant le restaurant Les Bains de Montpellier. L'établissement date du XVIIIème siècle. Aujourd'hui le lieu s'est transformé en restaurant branché, le cadre est très joli, un havre de paix au calme et en plein centre-ville.

En passant la porte, tu arrives directement dans une cour où trônent tables et palmiers centenaires. 
La cour est entourée d'anciennes cabines de douches transformées depuis en plusieurs salles à manger intimes. 

Je porte une tenue de mi-saison, mêlant des pièces chaudes à d'autres plus légères : j'ai donc associé une petite robe en lin à une veste en laine et en angora et j'ai enfilé des bottes mais sans collants.
Oui je rejoins également le comité de Préservation des Jupes Sans Collabts (CPJSC) lancé par la blogueuse Chloé 

J'espère que cela vous plaira, je vous embrasse bien fort !



Veste DKNY (je m'en sépare les filles !)
Bottes camel : Vintage
Sac : Vintage (similaire ici)
Bijoux : cadeaux ou chinés.











lundi 27 octobre 2014

Les noirs de Soulages

Si je te demande de visualiser du noir, tu n'imagines qu'une seule teinte, ce n'est pas comme le bleu qui peut être ciel, marine, turquoise... Le noir il est noir, c'est l'obscurité totale. D'ailleurs ne dit on pas que le noir n'est pas une couleur? 


Soulages ne l'entend pas de cette oreille, et fait tomber toutes les idées reçues avec Outrenoir. Il t'invite à regarder ses toiles avec tes yeux et non avec ta vision du noir.
Et pourtant je suis allée au musée Soulages à la fin de l'été avec beaucoup d'à priori...
Des peintures noires? Mais elles représentent quoi? Je pensais ne pas être touchée par sa peinture, ne pas la comprendre.


Et puis tu tombes sur une de ses toiles immenses, réalisée au pinceau, brosse, lame... Il joue avec la texture, les superpositions. Il travaille avec la lumière.
Et c'est grâce à ce mélange qu'opère la magie.

Il n'existe plus une toile, mais des centaines de toiles : une toile qui change en fonction de la lumière, des reflets, qui n'est pas la même selon l'endroit d'où tu la regardes.

Il n'existe plus un noir mais des centaines de noir : mats, brillants, aucun ne se ressemble

Soulages parvient à transformer le noir en lumière .


Je ne réussirais pas  à travers mes photos à vous montrer l'attraction de la lumière sur ses oeuvres, mais si vous avez l'occasion de vous rendre au musée Soulages à Rodez saisissez-là, vous serez agréablement surpris.






 Extrait du site du musée Soulages 

« Un jour de janvier 1979, je peignais et la couleur noire avait envahi la toile. Cela me paraissait sans issue, sans espoir. Depuis des heures, je peinais, je déposais une sorte de pâte noire, je la retirais, j’en ajoutais encore et je la retirais. J’étais perdu dans un marécage, j’y pataugeais. Cela s’organisait par moments et aussitôt m’échappait… »  Du coup, le peintre quitte son atelier et part se reposer. C’est le lendemain matin en allumant la lumière qu’il se rend compte de l’effet de celle-ci sur la surface de la peinture. Il voit sa toile différemment. C’est l’invention du « noir-lumière » qui deviendra ensuite l’Outrenoir. Ce que l’on peut appeler une expérience de la physique de la lumière.







vendredi 24 octobre 2014

Dans ma Dress Box d'août il y avait...

Les sablés de la Singulière ...


Un sachet de 4 sablés imprimés Louise et Clo'...
Avec en prime la recette de ces petites douceurs. Je ne vous dirai pas combien j'en ai mangés ça ne serait pas sérieux.




Un cornet de Glace à la fraise...




Un petit badge estivale que je vais continuer de porter les prochains mois pour prolonger l'été.
Il ne se lèche pas, il s'accroche sur vos robes!


Une fiche gourmande...



Sur laquelle je présente tous les partenaires, où je vous écris "Le P'tit mot du mois"
Chaque mois on y retrouve les nouvelles Louise, les personnages crées par Claire de Pouzilhac, 








Et puis il y a la robe...


Il y a celles qui me demandent une robe courte, celles qui adorent les pois, celles qui détestent le jaune, celles qui les veulent unies...
Bref vous l'aurez compris chaque abonnée est différente et c'est ce que j'aime chez elle et c'est ce que j'aime dans mon travail : chercher une robe qui leur correspond, une juste pour elles.








Il vous reste une semaine pour vous abonner à la Dress Box de novembre.
Tentez l'expérience le temps d'un mois, 3 mois, 6 mois ou plus...


A très vite

xoxo