10 déc. 2016

Une rue montpelliéraine #3


On  repart découvrir ensemble les rues de Montpellier et cette fois-ci on marche dans la rue du Puits du temple.

Elle tient son nom, sans grande surprise, de son puits qui se trouve également à l'angle de la rue des Teissiers. C'est drôle car peu de Montpellierains le localise. 
Ca a été difficile de trouver des informations sur cette rue, mais je ne me suis pas laissée intimider et j'ai pu tout de même attraper quelques infos. 
Le puits s'appelait "puits commun" au Moyen-Âge et ce n'est qu'au début du XVIIIème siècle qu'il prend le nom de Puits du Temple.
Pour ce qui est de la raison de ce nom subsiste 2 hypothèses :
Soit au 15e et 16e siècles le Puits appartenait aux réformés et ils en tiraient un revenu pour leur Temple.
Soit cela viendrait d'une confusion populaire entre les chevaliers de la milice du Temple et les chevaliers de Saint-Jean de Jérusalem (non je ne m'étendrais pas sur ce deuxième point... #yatilunprofdhistoireparici).

La rue abrite un hôtel particulier, il s'agit de l'hôtel de Fizes et comme d'habitude avec un peu de patience un locataire est arrivé et m'a laissé rentrer dans la cour pour faire des photos.
J'ai pu donc mieux photographier la fameuse rampe qui a sa propre plaque à l'entrée.
"Hôtel de Fizes - Milieu XVII° Siècle - Possède un des premiers exemples montpelliérains de rampes d'escalier en fer forgé."
La rampe et les balustrade en ferronnerie ont été construites par Simon Levesville en 1643 pour David Fizes, premier propriétaire, et remodelées en 1661 par Massé Sebron pour Pierre Fizes, fils du précédent. 
Coup de coeur pour la croix cachée dans la cour




Revenons à l'entrée, Si on s'arrête un peu sur la porte de l'hôtel on peut voir qu'elle est décorée de rinceaux (motifs végétaux) et de personnages soutenant une botte débordante de fruits. Cette inspiration de motifs antique se trouvait autrefois sur des pièces de monnaie romaine pour symboliser une victoire militaire. 
Si vous avez l'occasion de passer par cette rue prenez le temps de vous arrêter à la boutique Cabinets de curiosité, elle porte bien son nom, et regorge de trésors. (On l'apercoit dans la photo juste en dessous, là où il y a un attroupement). On a juste envie d'y passer des heures pour ne rien louper.
La rue se termine dans la rue Saint Guilhem, et par un magasin de chocolat #miam

Cette rue je l'ai choisie pour son puits, qui en lui même n'a rien de transcendant, il est derrière une vitre tellement sale qu'on la croirait opaque, et surtout c'est bien trop sombre et trop profond pour voir quoique ce soit.
Mais voilà j'ai voulu en savoir plus, vous commencez à me connaître.

J'espère que la visite vous a plu et je vous invite à lire mes deux précédents articles la grand rue Jean Moulin et la rue du bras-de-fer .
Je vous laisse me dire en commentaire la prochaine rue à découvrir !